Ventes record d´habitations durant l’été

Les ventes des maisons et des appartements ont progressé de 9% cet été. Pour le dernier trimestre, le nombre de transactions immobilières dans notre pays affiche une hausse de 5,4%, un plus haut décennal.

Le traditionnel baromètre trimestriel des notaires, basé sur des données collectées électroniquement au moment de la signature du compromis de vente (3 à 4 mois avant la signature de l’acte) dans 1.150 études notariales, a été à l’image du climat de cet été: chaud comme jamais depuis dix ans, surtout durant les vacances. Un coup de chaleur qui se traduit par une hausse de 1,3% par rapport aux 9 premiers mois de 2017.

Le sud versus le nord

C’est en Wallonie que la plus forte croissance de l’activité immobilière a été relevée par les notaires au cours du dernier trimestre. On y atteint les 10% de hausse, contrairement à la Flandre où le coup de chaud n’atteint que 4,4%. À Bruxelles, on peut même parler d’inversion de température, puisqu’on y enregistre une baisse des ventes (par rapport à l’été 2017) de -5,8%.

Vivez-vous dans une commune chère?

Comment les prix ont-ils évolué dans votre commune? Consultez notre carte.

Sur les 9 premiers mois de l’année, les ventes ont augmenté au sud du pays de 6,5% alors qu’elles étaient en baisse de 3% dans la capitale et en statu quo au nord du pays.

Namur rattrape lentement son retard

Les prix, eux, se maintiennent ou progressent. Le prix moyen d’une maison en Belgique atteint aujourd’hui 257.452 euros hors frais, soit une augmentation de 2,7% par rapport au deuxième trimestre de 2018.

En Wallonie, c’est en province de Namur que le prix moyen d’une maison évolue le mieux: il est en hausse de 6,5% (par rapport à l’été 2017) et dépasse pour la première fois le plancher des 200.000 euros.

Mais sur cinq ans (2013-2018), les hausses de prix des appartements et des maisons dépassent juste légèrement l’inflation (9%).

Consulter toutes nos ventes

Source : Echo.be